Le calendrier better-aging

La chirurgie et la médecine esthétiques s’accompagnent de mesures préventives pour garder un aspect jeune et naturel du visage et du corps grâce au calendrier better-aging. Découvrez l’avis du Dr Eric Auclair, chirurgien esthétique

LE CALENDRIER BETTER-AGING

Avis du Dr Eric Auclair, chirurgien esthétique

Si, théoriquement, le vieillissement commence dès la fin de l’adolescence, il faut en matière de traitements esthétiques rester raisonnable pour vieillir en beauté. La chirurgie et la médecine esthétiques s’accompagnent de mesures préventives – soins quotidiens, protocoles spécifiques de soins esthétique et actes médicaux – afin de garder le plus longtemps un aspect jeune et un visage naturel. Plus on anticipe, mieux c’est pour ralentir les signes de l’âge. Ce calendrier better-aging vous explique comment préserver votre capital jeunesse le plus longtemps possible.

DE 20 ANS À 30 ANS – FOCUS SUR LA PEAU

Une jolie peau est la quintessence de la beauté. Synonyme et symbole de jeunesse, elle est un atout de séduction majeur. Le meilleur des soins pour l’épiderme est le mode de vie. Rappelons les grands principes fondamentaux à suivre pour minimiser des signes néfastes et disgracieux qui s’installent au fil du temps. Le calendrier better-aging commence dès 20 ans.
On évite impérativement le tabac, on fuit le soleil aux heures dangereuses (12h/16h) et on ne s’expose pas à ses rayons sans crème protectrice, indices 30 et 50.
Les peelings médicaux pratiqués sur des peaux trop jeunes sont déconseillés. Mieux vaut privilégier les soins du visage avec des produits cosméceutiques, accompagnés de massages manuels, ou des peelings doux.
Dans certains cas particuliers, quand on approche de la trentaine, les rides du lion et les rides du front commencent à se marquer. Afin d’éviter que la pliure ne s’installe, on peut effectuer un microfilling, c’est-à-dire injecter de la graisse de la patiente en minuscules touches ou pratiquer des injections légères de toxine botulique.

« En accompagnant le patient sur plusieurs années avec des interventions à minima et ciblées tous les cinq à sept ans, complétées par des soins médicaux et cosméceutiques adaptés, on préserve l’aspect du visage. »

UN BON PROGRAMME ALIMENTAIRE

On compose un programme alimentaire intelligent, léger, privilégiant viandes blanches, poissons, légumes et fruits, bannissant les aliments gras, les sodas et le sucre. Des études révèlent aujourd’hui que ce dernier est l’un des ennemis jurés de la peau.
On se méfie des régimes alimentaires drastiques qui, provoquant un amaigrissement important, vieillissent prématurément le visage.
On s’oblige à une consommation d’alcool ultra légère.
On s’hydrate au maximum. À l’intérieur, en buvant un litre et demi d’eau par jour. À l’extérieur, en appliquant des crèmes cosméceutiques spécifiques à chaque problématique et à la protection des radicaux libres qui pullulent dans l’environnement.
On pratique une activité sportive régulière. Il faut s’interdire les sports intensifs qui masculinisent la silhouette et abîment les traits. Les efforts se lisent et laissent des traces sur le visage. Les « tablettes de chocolat » ne s’inscrivent pas dans les critères esthétiques de la french touch. La natation est bien meilleure pour modeler la silhouette que la course à pied ou le fitness à outrance.
On cultive l’art de bien dormir selon son rythme. Le manque de sommeil accuse le vieillissement.

DE 30 ANS À 40 ANS. PRÉVENIR ET CORRIGER AVEC DES PROCÉDURES LÉGÈRES

C’est à cette période de la vie que s’envisagent les premiers traitements de médecine esthétique et éventuellement des interventions chirurgicales légères. Les premiers signes de vieillissement liés à la fonte graisseuse commencent à apparaître.
Le microfilling de graisse autologue est une intervention parfaitement maîtrisée qui permet de corriger, le plus naturellement possible, la fonte des tempes, le creux des cernes, la profondeur des sillons nasogéniens et le manque de rondeur des lèvres rouges.
Les injections bi-annuelles de toxine botulique dosées avec légèreté traitent l’apparition des premières rides dans la région frontale et la zone périorbitaire. Elles ont également une action préventive en ralentissant leur installation car elles bloquent la contraction des muscles responsables de leur formation. L’effet est immédiat et bénéfique : la peau est lissée pendant quelques mois par ce procédé.
Chez les patientes qui ont une prédisposition génétique au vieillissement, on peut être amené vers la quarantaine à pratiquer une blépharoplastie ; qu’il s’agisse d’un relâchement cutané au niveau des paupières supérieures ou de l’apparition de poches au niveau des paupières inférieures.

DE 40 ANS À 60 ANS – LES LIFTINGS ÉTAGÉS

La chirurgie esthétique est le dernier volet de ce calendrier better-aging. À partir de 40 ans, ce visage qui reflète l’image que l’on peut avoir de soi commence à s’étioler. Les premiers signes qui trahissent le vieillissement apparaissent. C’est dans cette période de la vie que s’envisage la première chirurgie « correctrice » du visage. Mais celle-ci doit être subtile pour préserver le naturel et ne pas modifier les expressions. C’est l’objectif du concept du lifting étagé.

Le lifting étagé dans le cadre du calendrier better-aging consiste à pratiquer des interventions ciblées qui peuvent être effectuées dès l’âge de 40 ans. Les principales cibles sont la région des paupières, les joues, les bajoues et le cou. Plutôt que d’attendre la soixantaine et donc un affaissement général et conséquent de toutes les zones du visage qui imposerait un grand lifting, on va traiter chaque région dès l’apparition des premiers signes de vieillissement par une intervention légère.
L’idée étant de préserver les signes de jeunesse plutôt que d’attendre une dégradation qui imposerait un rajeunissement. Les intérêts du lifting étagé sont multiples : récupération plus rapide, cicatrices plus courtes, résultat plus naturel, ce qui permet d’éviter le « chirurgical look ». La séquence des actes est la suivante. On commence par le lifting des paupières supérieures et inférieures, suivi du lifting temporal. Le lifting jugal précède le lifting cervical pur.
En pratique, il s’agit de proposer tous les cinq à sept ans une intervention ciblée qui va permettre de garder un aspect jeune le plus longtemps possible. Ces liftings sont souvent associés à un microfilling de graisse autologue dans les zones électives.
Il faut savoir qu’un lifting corrige le relâchement cutané, l’un des signes du vieillissement. Le microfilling de graisse autologue compense la fonte de la graisse sous-cutanée en comblant certains creux du visage, ces autres marques de l’âge.
On gagne entre sept et dix ans d’apparence grâce à un lifting. À 50 ans, on retrouve ses 40 ans. Et dix ans plus tard, à 60 ans, on en paraît 50.

APRÈS 60 ANS

Aux patientes qui n’ont jamais subi d’intervention de chirurgie esthétique, on propose un lifting du bas du visage qui corrige les joues, les bajoues et le cou. Cela permet de bien retendre et redessiner l’ovale du visage. Il est souvent associé à une blépharoplastie. Cette intervention est l’ultime version du concept du lifting étagé.

Source